Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/243

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


devoir ; non pas au milieu du fracas de la bataille, qui emporte souvent les timides, ou de la fumée de la poudre qui grise les cerveaux ; mais dans le calme de la nuit et la plénitude de sa conscience.

Son sacrifice était raisonné : il était voulu et c’est pourquoi il est digne de toute notre admiration.

Laissant sa hachette, il ramassa prestement le fusil du soldat mort, estimant avec raison que la lutte eût été inégale entre lui et un adversaire armé d’un fusil à baïonnette ; puis l’arme haute, il se jeta sur le premier des deux Turcs qui lui tomba sous la main : •

Il sentit sa baïonnette enfoncer dans un corps mou — il avait atteint le soldat au ventre ; — mais quand il voulut la retirer il ne le put ; le Turc, en mourant, avait saisi le canon de ses mains crispées. Alors se ramassant pour éviter le coup que lui destinait le suivant, Jean s’élança sur ce dernier, le saisit à bras-le-corps et l’entraîna.

Ses forces étaient décuplées à la pensée du volcan qui allait s’allumer derrière lui ; il gagna ainsi une petite plate-forme en bois, à l’air libre ; c’était le poste-vigie, où le factionnaire était posté tout à l’heure. De là, on dominait la ville entière.

Au-dessous s’étageaient les terrasses du palais de Djezzar. Plus loin les maisons, toutes uniformément blanches, descendaient vers la mer comme les marches d’un gigantesque escalier de marbre ; au fond enfin, dans le port, scintillaient les feux des vaisseaux anglais. À l’horizon de la mer, la lune montait, très rouge.

Un garde-fou en bois faisait le tour de l’étroite plate-forme qui aboutissait à un escalier, accroché le long des parois de la tour. Avec la rage du désespoir, Jean accula son adversaire contre le garde-fou.

— Ya ! Ya ! clamait le Turc.

Jean voulut l’empêcher de crier, mais, en essayant de lui fermer la bouche, il se sentit mordu cruellement et ne put retenir un cri de douleur.

Pendant ce temps la mèche brûlait.

Mais des bruits de pas se firent entendre ; des baïonnettes brillèrent dans l’ombre, un mot anglais traversa la nuit : Alarm ! Alarm ;

La mèche brûlait toujours.

L’escalier gémit sous le poids des soldats qui montaient : Jean se sentit irrévocablement perdu.