Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/208

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pendant le jour à la réclusion perpétuelle dans l’intérieur des appartements, peuvent venir le soir prendre le frais à l’abri des regards curieux.

Des minarets aux formes gracieuses et élancées, des coupoles d’albâtre, des koubas cuirassées d’écailles vertes, se profilaient au-dessus de cette mer de maisons, et, à leur sommet, pointait vers le ciel le croissant d’or, emblème de l’Islam.

Jean venait d’atteindre une grosse tour ronde, face à l’entrée du port, cherchant une issue, un escalier pour descendre dans l’intérieur de la ville. Une douzaine d’hommes de sa section marchaient sur ses traces.

— Attends, dit-il à Cancalot qui le suivait comme son ombre ; voilà une maison adossée à la muraille… je vais sauter : ça n’est pas trop haut. Tu me suivras.

Une terrasse s’étalait en effet au pied de la tour, à quatre mètres environ au-dessous des créneaux.

Quatre mètres ! ce n’était qu’un jeu pour Jean Tapin.

Mais ce qu’il ne savait pas, c’est que rien n’est moins solide que ces terrasses arabes construites en pierres sèches et en mauvais mortier.

Il s’élança, son fusil dans la main droite, le fourreau de son sabre dans la main gauche, suivant les plus purs principes de la gymnastique appliquée, prêt à se recevoir sur les jarrets.

Il n’en eut pas besoin ; sous son poids, un trou venait de s’ouvrir, au travers duquel il passa comme un boulet, et, dans un grand éboulis de pierres et de gravats, il se trouva tout d’un coup étalé sur de moelleux coussins, au milieu d’une vaste pièce entourée de colonnes de marbre.

En même temps, des cris perçants retentissaient autour de lui, et une douzaine de femmes, vêtues de riches étoffes aux couleurs chatoyantes, s’enfuyaient affolées, et s’entassaient dans un angle de la pièce.

Puis un nouveau craquement se produisit dans la terrasse ; une paire de jambes chaussées de longues guêtres noires apparut suspendue au milieu des stalactites dorées du plafond, et Jean n’eut que le temps de s’écarter pour ne pas recevoir sur le dos cet aérolithe d’un nouveau genre ; c’était Cancalot qui n’avait pas voulu lâcher son chef de file.

Tous deux venaient d’échouer dans le harem d’un riche musulman.