Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/206

Cette page a été validée par deux contributeurs.


et un immense cri de rage et de vengeance se répercuta parmi les grenadiers qui montaient à l’assaut. Jean avait vu confusément, au sommet
Kléber tomba, frappé d’une balle au front.
de la muraille, des figures étranges : des hommes coiffés de turbans verts et blancs, des nègres aux cheveux crépus, des mulâtres portant des fez, de longs burnous blancs flottant comme des ailes d’oiseau ; mais, à la vue des baïonnettes, toutes ces apparitions fantastiques avaient disparu, et bientôt les grenadiers, parvenus au sommet du mur, s’écoulèrent à droite et à gauche, le long du chemin de ronde intérieur, pour faire place aux assaillants qui suivaient.