Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/141

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Certes, Tapin mettait du goût à son travail ; mais le grand air lui manquait. Parfois il se prenait à regretter sa chère batterie, aux roulements sonores, et Belle-Rose et La Rainée, et les belles entrées de la 9e demi-brigade, tambours battants, dans les villages ennemis et les villes conquises !

Quand Bernadieu était présent au bureau, Jean ne se plaignait point ; mais le colonel avait tous les jours un service d’inspection ; aussi l’enfant poussait-il un gros soupir en le voyant boucler son ceinturon et prendre la porte. S’approchant de la fenêtre, il regardait son protecteur sauter en selle, et, suivi d’un cavalier d’escorte, filer rapidement au trot de son grand cheval noir.

En effet, Bernadieu n’avait plus son percheron. La pauvre bête avait été, hélas ! comme tant d’autres de ses congénères, et comme Carabi lui-même, mangée à Mayence.

Alors, avec un nouveau soupir, Jean se remettait au travail.

Jamais il n’eut osé se plaindre à Bernadieu où, du moins, lui faire part de son ennui ; mais un soir, en rentrant souper, il s’en ouvrit à sa « maman Catherine ».

« Ça c’est vrai, s’écria Lison, c’est pas si amusant, Paris ! D’abord, maman ne veut pas qu’on se promène ; elle a toujours peur !

— Elle a bien raison ! dit gravement maître Sansonneau. Jamais on n’a vu une pareille misère ! Quelle époque ! »

S’excitant lui-même, il poursuivit avec colère :

« A-t-on jamais vu ! Tous ces « sans-culottes » qui prétendent gouverner ! Mais c’est le monde renversé ! Ne voilà-t-il pas, maintenant, que, sous prétexte qu’ils n’ont pas d’argent, ils ont fabriqué du mauvais papier… Ils appellent ça des assignats !… Ils paient avec cette monnaie de singe !… C’est la fin du monde ! Ah ! samprebleu de samprebleu !… »

Mais la porte s’ouvrit comme il achevait sa diatribe et, s’interrompant brusquement, le gros épicier eut un mouvement d’effroi.

Il se calma pourtant en constatant que c’était sa femme qui venait d’entrer.

« Sansonneau, mon ami, dit celle-ci d’un ton de reproche, tu parles trop ! Ça te jouera un mauvais tour ! Tu cries si fort qu’on t’entend de la boutique…

— Il y avait du monde ? questionna Sansonneau très inquiet.

— Non… heureusement !… il n’y avait personne. »

Le gros homme respira.