Page:Driant, Histoire d’une famille de soldats 1, 1901.djvu/116

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un coup de feu éclata, tiré sans ordre par un soldat qui sans doute avait perdu son sang-froid.


Le siège de Mayence.

Et voyez comme la faute d’un seul peut, à guerre, amener de graves complications !

Ce coup de feu isolé donna l’éveil aux Hessois qu’on allait aborder, et annihila toutes les dispositions prises : en un clin d’œil, la fusillade crépita sur toute la ligne.

La 9e demi-brigade était engagée sur la droite, tout près d’un petit village ; et, au bruit de la détonation, tout le monde s’arrêta d’instinct. Jean Tapin, sa caisse ballante à la cuisse, aperçut,