Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/96

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Impossible également de préciser.

Holmes fit un mouvement d’impatience.

— Il pleut à verse depuis lors… ce sera plus difficile à déchiffrer que mon palimpseste. Allons, nous n’y pouvons rien ! Et après vous être rendu compte que vous n’aviez rien fait, qu’êtes-vous devenu ?

— Je crois bien m’être rendu compte de pas mal de choses, monsieur Holmes. Sachant que quelqu’un de l’extérieur était entré dans la maison, j’ai examiné le corridor, recouvert d’une natte grise, qui n’a conservé aucune trace de pas. Je suis ensuite entré dans le cabinet. C’est une pièce très nue, elle contient un bureau avec un pupitre. Ce bureau est surmonté, de chaque côté, de tiroirs séparés par une sorte d’étagère au milieu. Les tiroirs étaient ouverts, l’étagère fermée à clef. Il paraît, d’ailleurs, que ceux-ci n’étaient pas fermés, car on n’y plaçait jamais aucune valeur. L’étagère centrale contenait des papiers importants, mais ne portait aucune trace d’effraction, et le professeur m’a affirmé qu’il ne manquait rien. Il est donc indiscutable qu’aucun vol n’a été commis. Le cadavre du jeune