Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/92

Cette page a été validée par deux contributeurs.


un instant les yeux et murmura : « Le professeurc’était ELLE ! » La bonne affirme, sous serment, que ce sont là ses propres paroles. Il fit un effort pour parler encore, puis il leva la main droite et retomba mort.

Pendant ce temps, la femme de charge arriva, mais trop tard pour entendre les dernières paroles du moribond. Elle laissa Suzanne auprès du cadavre et entra vivement dans la chambre du professeur, qu’elle trouva assis sur son lit, en proie à une vive agitation, car il avait dû en entendre assez pour comprendre que quelque chose de terrible était arrivé. Mrs. Marker est prête à jurer que le professeur était encore vêtu de ses effets de nuit. De plus, il lui était impossible de s’habiller sans l’aide de Mortimer qui ne devait venir qu’à midi. Le professeur a déclaré qu’il avait entendu le cri, mais rien de plus. Il ne peut donner aucune explication des dernières paroles du jeune homme : « Le professeur… c’était ELLE ! » mais il croit qu’elles ont dû être prononcées sous l’influence du délire. À son avis, Willoughby n’avait aucun ennemi et il ne peut attribuer aucun mobile à ce crime. Son pre-