Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/53

Cette page a été validée par deux contributeurs.


rouge [1]. Eh bien, monsieur Holmes, quelle conclusion tirez-vous de ceci ?

— Simplement qu’il faut s’en souvenir et s’en servir au besoin. Nous trouverons peut-être quelque chose plus tard qui nous en donnera la raison. Quelle démarche proposez-vous de faire maintenant, Lestrade ?

— À mon avis, ce qu’il y a de plus pratique, c’est d’établir l’identité du cadavre, et cela ne doit pas être très difficile. Quand nous l’aurons démontrée, quand nous aurons trouvé quelles étaient ses habitudes, ses relations, ce sera un grand pas de fait pour deviner ce qu’il faisait à Pitt Street la nuit dernière, quel est celui qui l’a rencontré et tué sur le perron de M. Horace Harker. N’êtes-vous pas de mon avis ?

— Sans doute, mais ce n’est pas de cette façon que je prendrais l’affaire.

— Que feriez-vous alors ?

— Oh ! je ne veux pas vous influencer ! suivez donc votre idée et je suivrai la mienne ;

  1. Pour faciliter les recherches pendant la nuit, beaucoup de médecins anglais ont établi à la porte de leurs maisons une lanterne rouge semblable à celles des commissaires de police de Paris. (Note du traducteur.)