Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/50

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Road. Bien entendu, il était en morceaux. Je vais de ce pas le voir. Venez-vous avec moi ?

— Certainement, mais attendez un instant que je jette un coup d’œil ici.

Il examina le tapis et la fenêtre.

— Le gaillard doit avoir les jambes très longues, ou c’est un homme très alerte, dit Sherlock Holmes. La maison ayant un sous-sol assez élevé, ce n’a pas dû être facile d’atteindre le rebord de la fenêtre et de l’ouvrir, la descente a dû être plus aisée. Venez-vous avec nous pour voir ce qui reste de votre buste, monsieur Harker ?

L’inconsolable journaliste s’était assis à son bureau.

— Il faut que j’essaie de faire la narration de tout ceci, dit-il, quoique, sans aucun doute, les journaux de ce soir, déjà imprimés, donnent force détails. C’est là ma veine ! Vous vous rappelez quand les tribunes des courses se sont effondrées à Doncaster ? J’étais le seul reporter à s’y trouver, et mon journal a été aussi le seul qui n’en ait pas donné le compte-rendu, car j’avais éprouvé une telle émotion qu’elle m’avait rendu incapable d’écrire. Cette