Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/36

Cette page a été validée par deux contributeurs.


quai que, pendant toute la matinée, il était resté pensif, il avait l’air d’un homme qui recherche dans ses souvenirs. Pendant notre déjeuner, tout à coup, il bondit.

— Pardieu ! Watson, j’ai trouvé, prenez donc votre chapeau et venez avec moi.

Il descendit vivement avec moi Baker Street, Oxford Street jusqu’à Regent’s Circus. Là, à gauche, se trouve un magasin à la vitrine duquel sont exposées les photographies des célébrités et des beautés du moment. Les yeux de Holmes se fixèrent sur l’une d’elles et j’aperçus l’image d’une femme à la beauté royale et grandiose, en costume de cour, avec un diadème de diamants sur sa noble tête. Je remarquai la courbe gracieuse de son nez, ses sourcils épais, sa bouche droite, son menton énergique. Ma respiration s’arrêta quand je lus le nom de l’homme politique aussi illustre par sa situation que par sa noblesse, dont elle avait été la femme.

Mes yeux rencontrèrent ceux de Holmes, qui posa un doigt sur ses lèvres quand nous nous détournâmes de la vitrine.