Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/32

Cette page a été validée par deux contributeurs.


n’avions pas à intervenir, c’était la Justice qui punissait un bandit ; nous ne devions pas perdre de vue le but de notre œuvre. À peine la femme avait-elle quitté l’appartement que Holmes se dirigeait vers l’autre porte. La clef était dans la serrure ; en même temps, nous entendions dans la maison le bruit de pas rapides. Les coups de feu avaient réveillé les domestiques. Avec un calme parfait, Holmes alla au coffre-fort, saisit un monceau de lettres dans ses bras, et les jeta au feu ; il recommença cette opération jusqu’à ce que le coffre-fort fût vide. On avait frappé à l’extérieur de la porte et tourné la poignée. Holmes jeta un regard rapide autour de lui. La lettre qui avait été la cause de la mort de Milverton était sur la table, tachée de son sang. Holmes la jeta au milieu des papiers enflammés ; puis il prit la clef de la porte extérieure, sortit après moi et la referma.

— Par ici, Watson ! nous pouvons escalader le mur du jardin de ce côté ! dit-il.

Je n’aurais jamais cru que l’alarme eût pu être donnée aussi rapidement. En regardant derrière moi, j’aperçus la maison et l’examinai ;