Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/271

Cette page a été validée par deux contributeurs.


et qui se trouvait dans le coffret. Il avait su son existence par quelque espion des bureaux du ministère. Il m’assura qu’en aucune façon mon acte ne pourrait faire de tort à mon mari. Mettez-vous à ma place, monsieur Holmes, que pouvais-je faire ?

— Tout avouer à votre mari.

— C’était impossible, monsieur Holmes ! D’un côté, je sentais la ruine certaine ; de l’autre, bien qu’il me semblât abominable de prendre un document, je ne pouvais en comprendre les conséquences politiques. J’obéis, monsieur Holmes, je réussis à prendre l’empreinte de la clé, et c’est Lucas lui-même qui en fit fabriquer une fausse. J’ouvris donc le coffret, pris le document et l’apportai à Godolphin Street.

— Que se produisit-il là-bas ?

— Je frappai à la porte comme il était convenu. Lucas m’ouvrit lui-même. Je le suivis dans son cabinet, laissant la porte du vestibule entr’ouverte, craignant de rester seule avec cet homme. Je me rappelle qu’au moment où je pénétrai j’aperçus une femme au dehors. Notre affaire fut vite réglée. Ma lettre se trouvait sur son bureau, je lui tendis le document et il me