Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/27

Cette page a été validée par deux contributeurs.


allait bien. Je ne savais pas s’il avait pu voir, comme moi-même, que la porte du coffre-fort était imparfaitement close et que Milverton pourrait le remarquer ; en moi-même j’étais décidé, si je me rendais compte par son regard qu’il s’en était aperçu, à me précipiter sur lui en lui jetant mon pardessus sur la tête, et de laisser à Holmes le soin de faire ce qu’il jugerait utile. Milverton ne leva pas la tête, intéressé sans doute par le document qu’il lisait en tournant les pages. Je pensais cependant qu’après avoir fini sa lecture et terminé son cigare, il passerait dans sa chambre ; mais avant qu’il en fût ainsi, notre attention fut détournée par un nouvel incident.

J’avais pu observer qu’à plusieurs reprises Milverton avait examiné sa montre, s’était levé, puis rassis avec un geste d’impatience. L’idée qu’il pouvait avoir un rendez-vous à pareille heure ne m’était pas venue à l’esprit jusqu’au moment où j’entendis un faible bruit dans la vérandah extérieure. Milverton laissa tomber ses papiers et se tint droit sur son fauteuil. Le bruit se renouvela, puis j’entendis un léger