Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/263

Cette page a été validée par deux contributeurs.


qu’il y eût grand mal à lui laisser passer la tête par la porte entrebâillée.

— Comment était-elle habillée ?

— D’une façon très simple… une longue mante qui lui descendait jusqu’aux pieds.

— Quelle heure était-il ?

— La nuit commençait à tomber. On allumait les becs de gaz quand je revenais de chercher le cognac.

— Très bien ! dit Holmes. Venez, Watson ! Je crois que nous avons par ailleurs du travail plus important.

Nous laissâmes Lestrade dans l’appartement, et le constable nous ouvrit la porte de la rue. Holmes se retourna sur le perron et lui montra un objet qu’il tenait entre ses doigts. L’agent parut étonné.

— Bonté divine ! s’écria-t-il.

Holmes posa un doigt sur ses lèvres, replongea sa main dans sa poche intérieure, et quand nous tournâmes le coin de la rue, il éclata de rire.

— Voilà qui va bien ! Allons, ami Watson ! le rideau se lève sur le dernier tableau. Vous serez sans doute heureux d’apprendre qu’il n’y