Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/243

Cette page a été validée par deux contributeurs.


mais il m’est impossible de vous faire une promesse sans condition.

Elle traversa la pièce et s’assit, le dos à la fenêtre ; elle avait le port d’une reine, grande, gracieuse, féminine.

— Monsieur Holmes, dit-elle tandis que ses mains gantées de blanc se crispaient, je vous parlerai franchement, avec l’espoir que vous agirez de même envers moi. Il y a entre mon mari et moi une confiance absolue, sauf sur un point. Je veux parler des affaires politiques. Là-dessus ses lèvres sont scellées. Je suis actuellement au courant de l’incident déplorable qui s’est produit cette nuit à la maison. Je sais qu’un document a disparu, mais, sous prétexte que cette affaire a trait à la politique, mon mari refuse de rien me faire connaître. Et pourtant il est essentiel que je sache entièrement de quoi il s’agit. À part quelques hommes d’État, votre ami et vous êtes les seuls à connaître les faits. Je vous supplie donc de me dire ce qui est arrivé, et quels sont les résultats à envisager. Dites-moi tout, monsieur Holmes ; ne croyez pas que les intérêts de votre client vous obligent à garder le silence, car je vous assure