Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/230

Cette page a été validée par deux contributeurs.


voir vous aider dans cette affaire. La continuation de cet entretien serait pour nous tous une pure perte de temps.

Le premier ministre bondit sur ses pieds. Dans ses yeux caves passa un regard de colère à faire trembler tout le cabinet.

— Je ne suis pas habitué, monsieur… commença-t-il.

Mais il maîtrisa sa colère et reprit son siège. Pendant un instant nous restâmes tous en silence ; enfin, le vieillard haussa les épaules.

— Nous sommes bien obligés d’accepter vos conditions, monsieur Holmes. Sans doute, vous avez raison, et il serait déraisonnable de notre part de penser que vous agiriez sans avoir notre entière confiance.

— Je suis absolument de votre avis, dit le secrétaire d’État.

— Alors je vous dirai tout, me fiant entièrement à votre honneur et à celui de votre collègue, le Dr Watson. Je fais aussi appel à votre patriotisme, car je ne puis prévoir, pour notre pays, un plus grand malheur que de voir cette affaire ébruitée.