Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/23

Cette page a été validée par deux contributeurs.


était, évidemment, aussi surpris que moi-même.

— Je n’aime pas cela, murmura-t-il à mon oreille. Je ne puis comprendre… en tout cas, nous n’avons pas de temps à perdre.

— Puis-je vous être utile ?

— Oui, tenez-vous près de la porte. Si vous entendez venir quelqu’un, poussez le verrou, et nous partirons par où nous sommes venus. Si l’on entre par l’autre porte, nous nous sauverons par celle-ci, si notre affaire est terminée ; dans le cas contraire, nous nous cacherons sous les rideaux de la fenêtre ; comprenez-vous ?

Je fis un signe affirmatif et je me tins près de la porte. Mon premier sentiment de crainte était disparu, et je sentais un frisson d’intérêt plus puissant que lorsque nous agissions pour l’exécution des lois. Le but élevé qui nous avait guidés, l’idée que nous obéissions à un sentiment chevaleresque, dans lequel l’égoïsme n’avait nulle part, le caractère odieux de notre adversaire, tout cela s’ajoutait à l’attrait de cette aventure de dilettante. Loin de me sentir coupable, je me réjouissais et m’exaltais à la