Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/225

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tement les circonstances dans lesquelles ce document a disparu.

— Je le ferai en très peu de mots, monsieur Holmes ; la lettre — car c’est une lettre d’un chef d’État étranger, — a été reçue par nous il y a six jours. Je la trouvai tellement précieuse que je n’osai même pas la laisser dans mon coffre-fort et que, tous les soirs, je la rapportai à mon domicile, à Whitehall Terrace, où je l’enfermai dans un coffret fermé à clef, placé dans ma chambre à coucher. Elle s’y trouvait encore hier au soir, j’en suis absolument certain, car, en m’habillant pour le dîner, j’ai ouvert le coffret et le document était à l’intérieur. Ce matin, il avait disparu ! Le coffret resta posé toute la nuit à côté de la glace, sur la coiffeuse de ma chambre. J’ai le sommeil très léger, ainsi que ma femme, et nous pouvons jurer que personne n’a pénétré dans notre chambre pendant la nuit. Et, pourtant, je ne puis que vous le répéter, le document a disparu.

— À quelle heure avez-vous dîné ?

— À sept heures et demie.

— Combien de temps s’est-il passé avant votre coucher ?