Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/22

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le feu brillait et éclairait toute la pièce. J’aperçus, près de la porte, le bouton électrique : c’eût été une imprudence inutile de le tourner, car il faisait suffisamment clair. À côté de la cheminée se trouvait, couverte par un rideau épais, la fenêtre que nous avions aperçue de l’extérieur ; de l’autre côté, la porte s’ouvrait sur la vérandah ; un bureau, près duquel était placée une chaise tournante en cuir rouge, occupait le centre. En face, une bibliothèque surmontée d’un buste de Minerve ; dans un coin, entre la bibliothèque et le mur, un immense coffre-fort en bronze vert, sur lequel étincelait la flamme de la cheminée, tel était l’ameublement. Holmes traversa la pièce, regarda le coffre-fort, puis se dirigea vers la porte de la chambre à coucher et introduisit la tête pour écouter. Aucun bruit ne s’y faisait entendre. Je pensai en moi-même qu’il serait prudent de se ménager une retraite par la porte extérieure et je l’examinai. À mon grand étonnement, elle n’était ni verrouillée, ni fermée à clef ! Je pris Holmes par le bras et il retourna sa face couverte de son masque dans cette direction. Je le vis sursauter ; il