Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/212

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— J’attends de nouveaux renseignements, Watson, dit-il.

— Quand ?

— D’ici quelques instants. Vous avez sans doute pensé que j’avais voulu faire poser Hopkins tout à l’heure ?

— Je m’en rapporte à vous.

— Vous êtes plein de bon sens. D’ailleurs, ce que je sais ne regarde que moi, tandis que lui est un agent officiel. J’ai le droit de juger ce que je dois faire, lui n’a pas ce droit ! son devoir est de faire connaître tout ce qu’il peut découvrir. Dans une affaire aussi délicate, je ne voudrais pas le mettre dans une position fausse, aussi je garde pour moi mon opinion jusqu’à ce que je sois moi-même fixé sur ce qu’il convient de faire.

— Quand le serez-vous ?

— Je crois que le moment est venu, et que vous allez assister au dénouement de ce drame.

Un bruit de pas se fit entendre dans l’escalier et notre porte ne tarda pas à s’ouvrir pour laisser passage à un des plus beaux hommes que j’aie jamais vus. C’était un jeune homme de haute taille, aux moustaches dorées, aux