Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/20

Cette page a été validée par deux contributeurs.


liberté dans le jardin. J’ai eu des rendez-vous avec Agathe ces deux dernières nuits, et elle a mis l’animal sous clef afin de me donner le champ libre ; tenez, voici la maison, au milieu de cette propriété. Traversons la grille et cachons-nous dans les lauriers ; c’est le moment de mettre nos masques. Vous voyez, il n’y a aucune lumière aux fenêtres ; tout marche donc à souhait.

Bientôt nous attachions nos masques de soie noire, qui nous faisaient ressembler tous les deux à des bandits de Londres, et nous nous dirigions vers la maison sombre et silencieuse. Une vérandah, percée de deux fenêtres et deux portes, s’étendait sur l’un de ses côtés.

— Voici sa chambre à coucher, murmura Holmes ; cette porte donne accès dans son cabinet. Ce serait par là qu’il faudrait entrer, mais elle est si bien verrouillée que nous ferions trop de bruit en essayant. Venez par ici ! Voici une serre qui donne dans le salon.

La porte était fermée, Holmes fit sauter un carreau de vitre et put faire tourner la clef. Un instant après nous étions devenus des criminels aux yeux de la loi.