Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/199

Cette page a été validée par deux contributeurs.


menti effrontément et il n’y a rien à croire dans la fable qu’elles ont inventée. Elles avaient, sans doute, un motif puissant pour dissimuler le vrai coupable. C’est alors à nous à reconstituer le drame sans le secours de personne. Telle est notre mission à Chislehurst, Watson, et voici notre train.

On fut très surpris, à l’abbaye de Grange, de notre retour ; mais Sherlock Holmes, ayant appris que Stanley Hopkins était allé faire son rapport à la Sûreté, prit possession de la salle à manger, ferma la porte à l’intérieur et passa deux heures à procéder à un de ces examens minutieux, base de ses succès.

Assis dans un des coins de la salle, je suivis, comme un étudiant consciencieux, tous les pas, toutes les démonstrations du savant professeur. La porte-fenêtre, les rideaux, le tapis, le fauteuil, le cordon furent successivement examinés avec la plus profonde attention. Le cadavre du malheureux baron avait été enlevé, mais tout le reste était resté en l’état où nous l’avions vu le matin. Tout à coup, à mon grand étonnement, Holmes grimpa sur la cheminée. Au-dessus de sa tête était suspendu un bout de