Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/198

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Pourquoi pas ? il y avait du vin au fond de chacun des verres.

— Assurément, mais il n’y avait de la lie que dans un seul, vous avez pu le remarquer… Cela ne vous suggère-t-il rien ?

— Que le dernier verre rempli est celui qui devait contenir la lie ?

— Pas du tout. La bouteille en était pleine. Il n’est donc pas admissible que les deux premiers soient clairs et que le troisième en contienne. Il n’y a que deux explications possibles : la première, c’est qu’après que le second verre a été rempli, la bouteille a été fortement agitée, mais c’est peu probable, à mon avis, la seconde… Oui… je suis sûr que j’ai raison.

— Que pensez-vous donc ?

— Qu’on ne s’est servi que de deux verres et que la lie a été renversée dans le troisième afin de faire croire que trois personnes avaient bu. Dans ce cas, n’est-ce pas, toute la lie sera dans le même verre ? Pour moi, telle est ma conviction. Si je suis tombé sur la véritable explication de ce point douteux, l’affaire doit être examinée sous un jour nouveau. Lady Brackenstall et sa femme de chambre nous ont