Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/192

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Oh ! pas grand’chose, une demi-douzaine de pièces d’argenterie placées sur le buffet. Ils ont sans doute, d’après la victime, été si bouleversés par la mort rapide de son mari qu’ils n’ont pas osé mettre à sac la maison, comme ils en avaient l’intention.

— C’est sans doute cela ! Pourtant, ils ont eu l’aplomb de boire du vin ici même.

— Probablement pour calmer leur émotion.

— Sans doute. Ces trois verres sur le buffet n’ont pas été touchés, je crois ?

— Non, et la bouteille est telle qu’ils l’ont laissée.

— Voyons-la donc. Tiens, qu’est-ce ceci ?

Les trois verres étaient groupés ensemble, tous trois étaient rougis de vin et un seul contenait un peu de lie. La bouteille se trouvait à côté, encore remplie aux deux tiers. Auprès d’elle était le bouchon long et rouge. L’aspect de la bouteille et la poussière qui la recouvrait démontraient que ce n’était pas du vin ordinaire que les malfaiteurs avaient bu.

L’attitude de Holmes s’était tout à coup modifiée ; il avait perdu son expression d’indifférence et je voyais dans ses yeux perçants s’al-