Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/185

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pas dans l’obligation de faire à nouveau le récit de ce drame douloureux.

— Avez-vous des questions à poser, monsieur Holmes ? demanda Hopkins.

— Je ne veux pas abuser plus longtemps de la patience et du temps de lady Brackenstall, mais, avant d’aller dans la salle à manger, je serais heureux d’entendre votre témoignage, répondit Holmes en regardant la femme de chambre.

— J’ai aperçu ces individus, dit celle-ci, avant qu’ils eussent pénétré dans la maison. J’étais assise près de la fenêtre de ma chambre, et j’ai pu distinguer au clair de lune ces trois hommes auprès de la grille, mais je n’y ai guère fait attention. C’est seulement une heure plus tard, accourant aux cris de ma maîtresse, que j’ai trouvé la pauvre femme dans l’état qu’elle vous a dépeint, son mari étendu à terre, la tête fracassée. Il y avait de quoi la rendre folle de se trouver ainsi ligottée, sa robe tachée du sang de son mari. Elle n’a jamais manqué de courage, miss Mary Fraiser d’Adélaïde, et son mariage ne l’a pas changée ! Voici assez longtemps que vous l’interrogez…