Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/180

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pas le répéter à ma place à ces messieurs ?… Enfin, si vous trouvez que c’est nécessaire, je leur dirai tout. Sont-ils allés dans la salle à manger ?

— J’ai pensé qu’il valait mieux qu’ils entendissent le récit du drame de vos propres lèvres.

— Je serai très heureuse de voir cette affaire terminée. C’est horrible pour moi de penser que le cadavre de mon mari est encore là !

Elle frissonna et se cacha le visage dans ses mains ; les longues manches de son vêtement laissaient apercevoir ses bras ; Holmes jeta un cri.

— Mais vous avez d’autres blessures, madame ! Qu’est-ce ceci ?

Et il montra deux taches d’un rouge vif qui se détachaient sur la blancheur de son bras. Elle les recouvrit rapidement.

— Ce n’est rien et cela n’a aucun rapport au drame de la nuit dernière. Veuillez vous asseoir, messieurs, et je vous raconterai tout ce que je sais.

Je suis la femme de sir Eustache Brackenstall, que j’ai épousé il y a à peu près un an.