Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/127

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pris qu’elle avait pu se tromper et qu’elle avait dû entrer dans la chambre du vieux professeur. Je recherchai donc tout ce qui pouvait corroborer cette hypothèse et j’examinai soigneusement la pièce dans le but d’y découvrir une cachette. Le tapis était cloué, l’idée de l’existence d’une trappe devait par là même être écartée. Il pouvait y avoir quelque cachette derrière les livres, ce qui n’est pas rare dans les vieilles bibliothèques. Je remarquai que tous les livres étaient empilés par terre, sauf sur un seul point où pouvait donc se trouver une porte. Je n’avais aucune trace pour me guider, mais la couleur brun foncé du tapis pouvait me venir en aide. J’ai donc fumé un grand nombre de ces excellentes cigarettes en ayant soin de laisser tomber la cendre devant l’endroit suspect. C’était un truc bien simple qui m’a réussi. Je suis ensuite descendu et me suis assuré en votre présence, Watson, sans que vous ayez soupçonné le but de mes questions, que la nourriture du professeur avait augmenté, ce à quoi je devais m’attendre s’il avait une seconde personne à nourrir. Nous sommes alors remontés dans la pièce et en renversant