Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/126

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Trop tard, dit-elle en tombant sur le lit, trop tard ! j’ai pris le poison avant de quitter ma cachette !… La tête me tourne… je meurs !… N’oubliez pas ce paquet !…

— Cette affaire est simple et instructive, dit Holmes, tandis que nous rentrions à Londres par le chemin de fer. Depuis le début, le pince-nez en a été le pivot. Il est très heureux que le moribond ait eu le temps de le saisir ; sans cela, nous n’aurions peut-être jamais trouvé la solution. Il était évident, d’après la force des verres, que la personne qui les portait était très myope et ne pouvait rien voir si elle en était privée ; quand vous m’avez demandé, Hopkins, de croire qu’elle était revenue en suivant, sans faire un faux pas, cette étroite bande de gazon, vous vous rappelez que j’ai témoigné un vif étonnement. En moi-même, je me suis dit que c’était impossible, à moins qu’elle n’eût en sa possession – chose presque inadmissible – un second lorgnon. Je dus donc considérer comme fort probable l’hypothèse où elle serait restée dans la maison. Quand je me suis aperçu de la similitude des deux corridors j’ai comp-