Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/12

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Monsieur Holmes ! monsieur Holmes ! dit-il en ouvrant son veston et en nous montrant dans la poche intérieure la crosse d’un revolver, je m’attendais bien à vous voir faire un acte original. On me l’a déjà souvent faite, celle-là… sans succès, d’ailleurs ! Je suis armé jusqu’aux dents et tout prêt à me servir de mes armes, car j’ai la loi pour moi. Et puis, vous vous trompez grossièrement, si vous croyez que j’ai les lettres dans ma poche. C’eût été trop bête ! Allons, messieurs, j’ai encore quelques rendez-vous ce soir et la course est longue pour retourner à Hampstead.

Il s’avança, reprit son pardessus tout en conservant une main sur la crosse de son revolver, et se dirigea vers la porte. Je saisis une chaise, mais Holmes secoua la tête et je la reposai. Après nous avoir adressé un dernier sourire et un profond salut, il disparut ; quelques instants après, nous entendions la portière de sa voiture se refermer et l’équipage partir au trot.

Holmes s’assit, écœuré, près du feu, les mains dans ses poches, la tête penchée, le regard fixé sur la flamme. Pendant une demi-heure, il resta sans bouger, et sans dire une parole.