Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/118

Cette page a été validée par deux contributeurs.


lier, poussa la porte et se trouva dans votre chambre.

Le vieillard regardait Holmes, les yeux agrandis, la bouche ouverte ; l’étonnement était peint sur ses traits ; il fit un effort sur lui-même, haussa les épaules et se mit à rire.

— Tout cela est très bien, monsieur Holmes, dit-il, mais il y a une petite erreur dans votre système, car j’étais moi-même dans cette chambre et je ne l’ai pas quittée de la journée.

— Je le sais, professeur Coram.

— Et vous insinuez cependant que j’ai pu rester au lit sans savoir qu’une femme était dans ma chambre ?

— Je n’ai pas dit cela… Vous le saviez, au contraire, vous avez même causé avec elle, vous l’avez reconnue et vous lui avez procuré une cachette.

De nouveau le professeur s’était mis à rire, il s’était levé et ses yeux brillaient comme des torches.

— Vous êtes fou ! s’écria-t-il, vous parlez comme un fou ! Si je l’ai cachée, où donc est-elle, maintenant ?

— Elle est là ! dit Holmes en désignant un