Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/114

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Vous vous trompez, car il a fort bien déjeuné ce matin ; je l’ai même rarement vu manger de si bon appétit et il a commandé des côtelettes pour le lunch. J’en suis étonnée moi-même, car, depuis que j’ai vu le cadavre de ce pauvre M. Smith, je n’ai pu rien prendre. Enfin, cela dépend des natures ; le professeur lui, n’en a pas perdu le boire et le manger.

Nous passâmes la matinée dans le jardin ; Stanley Hopkins était parti dans le village faire une enquête sur la présence d’une femme étrangère, qui avait été vue, la veille au matin, par des enfants sur la route de Chatham. Quant à mon ami, son énergie paraissait l’avoir abandonné et je ne l’ai jamais vu traiter une affaire avec plus d’indifférence. La nouvelle apportée par Hopkins qu’il avait découvert les enfants, que le signalement de la femme correspondait exactement à celui donné par Holmes et que celle-ci portait des lunettes ou un lorgnon, ne parut pas l’intéresser outre mesure. Il fit plus d’attention lorsque Suzanne, qui servait à table, nous apprit que M. Smith était sorti se promener dans la matinée et n’était rentré qu’une demi-heure avant le drame. Je