Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/108

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Je suis un grand fumeur, monsieur Holmes, dit-il dans un anglais très correct, mais avec un léger accent étranger. Prenez donc une cigarette… vous aussi, monsieur. Je vous les recommande tout particulièrement, car je les fais fabriquer spécialement pour mon usage par Ionides, d’Alexandrie. Je m’en fais envoyer un mille à la fois, et je dois avouer qu’il m’en fait un envoi tous les quinze jours. C’est malsain, très malsain, je le sais, mais un vieillard a peu de plaisirs : le tabac et mon travail, voilà tout ce qui me reste !

Holmes avait allumé une cigarette et regardait avec soin l’appartement.

— Le tabac et mon travail ! maintenant, je n’ai plus que le tabac ! murmura le vieillard. Hélas ; quelle malheureuse affaire ! Qui eût pu prévoir une catastrophe aussi terrible ? Un jeune homme aussi estimable, dans lequel, au bout de quelques mois, j’avais trouvé un collaborateur admirable ! Que pensez-vous de cette affaire, monsieur Holmes ?

— Je ne suis pas encore fixé.

— Je vous serai très reconnaissant si vous arriviez à l’élucider. Un coup aussi inattendu