Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/105

Cette page a été validée par deux contributeurs.


soulevée de chaque côté d’un sillon. Mrs. Marker est-elle ici ?

Une femme âgée, au visage triste, entra dans la pièce.

— Avez-vous épousseté ce meuble hier matin ?

— Oui, monsieur.

— Avez-vous remarqué cette rayure ?

— Non, monsieur.

— J’en suis bien convaincu, car votre linge eût enlevé les éclats du vernis. Qui a la clé de ce meuble ?

— Le professeur la garde toujours attachée à sa clef de montre.

— Est-ce une clef ordinaire ?

— Non, c’est une clef de Chubb.

— Très bien, vous pouvez vous retirer, Mrs. Marker. Nous commençons à faire des progrès. La dame est donc entrée dans la pièce pour ouvrir l’étagère, ou tout au moins pour essayer de l’ouvrir. Pendant qu’elle se livrait à cette occupation, le jeune Willoughby Smith est entré. Dans son empressement à retirer la clef, elle a fait la rayure en question. Il a alors saisi la femme et elle, s’armant de ce poinçon