Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/103

Cette page a été validée par deux contributeurs.


de laisser des marques, soit sur le sentier, soit sur la corbeille.

— Oui, elle n’a pas manqué de sang-froid !

Je remarquai, sur le visage de Holmes, une expression fugitive.

— Vous dites qu’elle a dû revenir par le même chemin ?

— Oui, monsieur ; il n’y en a pas d’autre.

— En suivant cette bande de gazon ?

— Certainement, monsieur Holmes.

— Hum ! voici quelque chose de bizarre !… Je crois que nous avons suffisamment examiné le sentier. Allons plus loin. Cette porte donnant sur le jardin est constamment ouverte, n’est-ce pas ? La femme que nous recherchons n’a donc éprouvé aucune difficulté pour entrer. L’idée de meurtre ne devait pas être arrêtée dans son esprit, car elle n’eût pas manqué de se munir d’une arme quelconque, tandis qu’elle s’est servie du poinçon placé sur le bureau. Elle a traversé le corridor sans laisser aucune trace sur la natte, puis elle a pénétré dans le cabinet. Combien de temps y est-elle restée ?… c’est impossible de le déterminer.

— Peu d’instants, certainement. J’ai oublié