Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/101

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Oui, si ce n’est pas abuser, monsieur Holmes. Il y a un train pour Chatham à six heures du matin. Nous arriverons à Yoxley Old-Place entre huit et neuf.

— Nous le prendrons ; votre affaire est intéressante, et cela me fera plaisir de l’examiner dans tous ses détails. Il est près d’une heure du matin, nous ferons bien de dormir un peu. Étendez-vous donc sur le sofa devant le feu ; j’allumerai mon réchaud à alcool et nous prendrons un peu de café avant de partir.

La tempête s’était apaisée. Le lendemain, par une matinée très froide, nous nous mîmes en route. Le soleil éteint de l’hiver brillait sur les marais bordant la Tamise et sur la rivière elle-même. Après un trajet long et fatigant, nous descendîmes à une petite station distante de quelques milles de Chatham. Tandis qu’on attelait pour nous une voiture à l’auberge la plus proche, nous déjeunâmes sur le pouce, et nous fûmes prêts au travail quand nous arrivâmes à Yoxley Old-Place. Nous trouvâmes un agent auprès de la grille.

— Eh bien, Wilson, y a-t-il du nouveau ? demanda Hopkins.