Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/86

Cette page n’a pas encore été corrigée


au à sec, et il faisait très noir avant notre arrivée à Havant, et ce fut heureux car l'état de notre compagnon, ruisselant d'eau, sans bottes, sans chapeau, n'aurait pas manqué de mettre les langues en mouvement, et peut-être aussi d'attirer la curiosité des autorités.

Mais nous ne rencontrâmes âme qui vive jusqu'au moment de notre arrivée à la porte de mon père.