Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/85

Cette page n’a pas encore été corrigée


«Non, c'est une menace qu'il faudrait, c'est la marchandise que vous aimez le plus à débiter:

   Il ne pouvait laisser passer une minute
   Sans faire une menace.

«N'est-ce pas ? Waller en personne n'aurait pas trouvé de meilleure rime.

Pendant ce temps, Ruben avait manoeuvré vigoureusement ses rames. Nous étions rentrés dans la baie de Langston, au milieu des eaux abritées, et nous avancions rapidement.

Assis sur un des bancs, je tournais et retournais dans mon esprit tout ce que ce naufragé avait dit.

J'avais jeté par-dessus son épaule un coup d'oeil sur les adresses de quelques lettres: Steadman, de Basingstoke; Wintle, d'Alresford; Fortescue, de Bognor, tous des chefs parmi les Dissenters.

Si elles étaient telles qu'il les représentait, il n'exagérait nullement en disant qu'il tenait entre ses mains la fortune et le sort de ces hommes.

Le gouvernement ne serait que trop heureux de posséder un motif plausible pour frapper fort sur les hommes qu'il redoutait.

Tout bien considéré, il fallait s'avancer d'un pas prudent en cette affaire.

Je rendis donc à notre prisonnier son couteau et le traitai avec plus de déférence.

Il était presque nuit quand nous mines le bate