Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/301

Cette page n’a pas encore été corrigée


-C'est notre vie qui sert d'enjeu, dis-je.

-Ma foi! je n'y pensais plus, répondit-il, en mâchant son cure-dent. Être ou ne pas être, comme le dit Will, de Stratford. Kynaston était superbe dans cette tirade. Mais voici le coup de cloche qui annonce le lever du rideau.

Pendant que nous faisions nos préparatifs, l'escadron-car il semblait qu'il n'y en eût qu'un-avait descendu au trot par le chemin de traverse et s'était rangé sur la grande route.

Il se composait, autant que je pus en juger, de quatre-vingt-dix soldats, et il était évident, d'après leurs tricornes, leurs cuirasses, leurs manches rouges et leurs bandoulières, qu'ils faisaient partie des dragons de l'armée régulière.

Le gros de la troupe s'arrêta à un quart de mille de nous.

Trois officiers s'avancèrent sur le front, se consultèrent un court instant, et comme conséquence probable de cet entretien, l'un d'eux éperonna son cheval et trotta de notre côté.

Un trompette le suivait à quelque pas, agitant un mouchoir blanc et lançant de temps à autre des coups de clairon.

-Voici un parlementaire, dit Saxon, qui se tenait debout sur sa charrette. Maintenant, mes frères, nous n'avons ni timbales, ni airain sonore, mais nous avons l'instrument dont nous à pourvus la Providence. Montrons aux habits rouges que nous savons nous en servir.