Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/300

Cette page n’a pas encore été corrigée


être plus dangereux pour leurs possesseurs que pour l'ennemi.

D'autres avaient des faucilles, des faux, des demi-piques, des fléaux, ou des maillets; quelques-uns, de longs couteaux et des triques de chêne.

Si simples que fussent de telles armes, il est prouvé par l'histoire qu'elles ne sont nullement à dédaigner, entre les mains d'hommes possédés du fanatisme religieux.

Il suffisait de jeter un coup d'oeil sur les figures austères, contractées de nos hommes, sur leurs yeux brillants d'enthousiasme et d'attente, pour voir qu'ils n'étaient pas gens à s'effrayer en face d'adversaires supérieurs soit en nombre soit en armement.

-Par la messe! dit à demi-voix Sir Gervas. C'est magnifique! Une heure passée ici vaut un an du Mail. Ce vieux taureau puritain est bel et bien aux abois. Voyons quelle sorte de sport ce sera quand les chiens de combat vont l'attaquer! Je parie cinq contre quatre pour les mangeurs de lard.

-Non, ce n'est pas le moment convenable pour de futiles paris, dis-je d'un ton bref, car son babillage étourdi m'agaçait en une circonstance aussi solennelle.

-Cinq contre quatre pour les soldats, alors! insista-t-il. C'est un trop beau match pour ne pas mettre un enjeu d'un côté ou de l'autre.