Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/297

Cette page n’a pas encore été corrigée


-Arrêtez cette charrette, Clarke, cria Saxon d'une voix ferme.

De son épée, il me désignait une vieille charrette sur laquelle étaient entassés meubles et literie et qui cheminait lourdement, traînée par deux chevaux aux os saillants.

Au même instant, je le vis pousser son cheval en pleine foule et saisir les traits d'un autre char semblable.

Je donnai de la bride à Covenant. Je fus bientôt sur la même ligne que la charrette indiquée par lui, et dont je parvins à maîtriser les deux jeunes chevaux malgré leur résistance.

-Amenez-la, cria notre chef, manoeuvrant avec le sang-froid que donne seul un long apprentissage de la guerre. Maintenant, ami, coupez les traits.

Aussitôt une douzaine de couteaux furent à l'oeuvre.

Les animaux, qui ruaient, qui se débattaient, s'enfuirent, laissant leur charge derrière eux.

Saxon sauta à bas de son cheval, et donna l'exemple pour placer la charrette en travers de la route, pendant que d'autres paysans, sous les ordres de Ruben et de Maître Josué Pettigrue, disposaient deux autres charrettes de façon à barrer la route à une cinquantaine de yards plus loin.

Cette dernière précaution avait pour but de parer à une attaque de la cavalerie royal