Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/295

Cette page n’a pas encore été corrigée


XV-Où nous nous mesurons avec les Dragons du Roi.

À peu de distance de nous, une autre route aboutissait à celle que nous suivions en compagnie de cette foule bigarrée.

Cette route décrivait une courbe autour de la base d'une hauteur bien boisée. Puis, elle se continuait en droite ligne un ou deux milles avant de rejoindre l'autre.

Au point culminant de la hauteur, il se trouvait un épais fourré d'arbres.

Parmi leurs troncs, on voyait aller et venir de brillants reflets d'acier indiquant la présence de gens armés.

Plus loin, à l'endroit où la route changeait brusquement de direction, et courant sur la crête de la hauteur, on voyait le contour de plusieurs cavaliers se détacher nettement sur le ciel du soir.

Et, cependant, il régnait un tel calme, une telle