Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/294

Cette page n’a pas encore été corrigée


trompent singulièrement, ou j'aperçois le reflet des épées et des cuirasses au haut de cette pente. M'est avis que nos pieux exercices ont attiré l'ennemi sur nous.