Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/274

Cette page n’a pas encore été corrigée


par Murphy, et dont j'ai l'habitude de me servir...

-Je vous suis fort obligé, monsieur, dit Ruben, mais la fameuse lotion à l'eau de source de la Providence est parfaitement appropriée à cet usage.

-Puis, ajoutai-je, Dame Nature m'a mis sur la tête une perruque de sa façon que je ne tiendrais pas du tout à changer.

-Quels Goths! De vrais Goths! s'écria le petit maître, en levant ses mains blanches... Mais j'entends un pas lourd et un bruit d'armure dans le corridor. C'est notre ami le chevalier de la colérique figure, si je ne me trompe.

C'était, en effet, Saxon, qui entrait à grandes enjambées, pour nous prévenir que nos chevaux étaient à la porte et que tout était prêt pour notre départ.

Je le pris en particulier, et je le mis au fait, à voix basse, de ce qui s'était passé entre l'inconnu et nous, en ajoutant les détails qui m'avaient fait penser qu'il se joindrait à notre parti.

À ces nouvelles, le vieux soldat fronça les sourcils.

-Que peut-on faire d'un fat de ce genre ? dit-il. Nous avons en perspective de rudes coups et une existence plus rude encore. Il n'est pas propre à cette besogne.

-Vous avez dit vous-même, répondis-je, que Monmouth manquait de cavalerie, voici un c