Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/266

Cette page n’a pas encore été corrigée


ntrevue, nous n'en sommes pas moins en un temps difficile, et des confidences précipitées peuvent être un sujet de repentir.

-Un Daniel pour le jugement! Voilà des paroles antiques, vraiment antiques pour une tête si jeune. Vous avez, je crois, cinq ans de moins qu'un écervelé comme moi, et pourtant vous parlez comme les sept Sages de la Grèce. Voulez-vous de moi pour valet ?

-Pour valet! m'écriai-je.

-Oui, pour valet, pour domestique. J'ai été servi si longtemps, que c'est maintenant à mon tour de servir, et je ne me souhaite pas de meilleur maître. Par le Seigneur! en demandant une place, il faut que je donne le détail de mon caractère, et une liste de mes talents. C'est ainsi que mes coquins ont toujours fait avec moi, bien qu'à vrai dire, je n'aie jamais écouté leurs histoires.

«Honnêteté! ici je marque un tour. Sobriété! Ananie en personne ne saurait dire que j'ai cette qualité. Sincérité, assez mauvais à ce point de vue. Persévérance! hum! à peu près autant que la girouette de Gorraway. Que je sois pendu, l'ami, si je ne suis bourré de bonnes résolutions, mais le pétillement d'un verre, un oeil fripon me voilà qui me fait dévier comme les marins disent de la boussole. Voilà pour mes faiblesses.

«Maintenant voyons quelles qualités je puis mettre en avant. Les nerfs bien trempés,