Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/222

Cette page n’a pas encore été corrigée


Strasbourg, mais je crains bien que ces grands noms ne soient lettre morte pour vous.

-Vraiment, dit Saxon, on dirait que cette chimie exerce une attraction bien puissante, car nous avons rencontré à Salisbury deux officiers de la garde bleue, qui avaient aussi un faible de ce genre, bien que ce fussent de solides gaillards, de vrais soldats pour tout le reste.

-Ha! s'écria Sir Jacob, avec intérêt, à quelle école appartenaient-ils ?

-Oh! je n'entends rien à ces choses-là, répondit Saxon, je sais seulement que selon eux Gervinus, de Nuremberg, celui que j'ai gardé en prison, ou n'importe quel autre homme, était capable de transformer les métaux.

-Pour Gervinus, je ne saurais en répondre, dit notre hôte, mais pour ce qui est de la possibilité de la chose, je puis engager ma parole de chevalier. Nous reparlerons de cela.

«Vint enfin l'époque où Charles II fut invité à reprendre possession du trône, et nous tous, depuis Jeffrey Hudson, le nain de la cour, jusqu'à Mylord Clarendon, nous fûmes transporté de joie à la pensée que nous recouvrerions ce qui nous appartenait.

«Je laissai dormir ma créance quelque temps, m'imaginant que le Roi se montrerait magnanime en aidant un pauvre Cavalier qui s'était ruiné pour sa famille, sans attendre que celui-ci l'en sollicitât.