Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/214

Cette page n’a pas encore été corrigée


agréable et en remua le contenu, avec une expression de physionomie qui indiquait la plus vive anxiété.

Il était évident qu'il avait poussé la courtoisie envers nous jusqu'au point de manquer peut-être une expérience importante.

Il plongea une cuiller dans le liquide, en ramena une certaine quantité et la reversa dans le vase, ce qui permit de voir un fluide jaune et trouble.

L'aspect lui en parut évidemment rassurant, car l'air d'anxiété disparut de ses traits et il poussa une exclamation de soulagement.

Puis, prenant sur une assiette, à côté de lui, une pincée de poudre blanchâtre, il la jeta dans la marmite, dont le contenu se mit aussitôt à bouillir, et à projeter de l'écume sur le feu, ce qui donnait à la flamme l'étrange teinte verte que nous avions remarquée avant d'entrer.

Ce traitement eut pour résultat de rendre le liquide clair, car le chimiste put verser dans une bouteille une certaine quantité de liquide aussi transparent que l'eau, pendant qu'au fond du vase se formait un dépôt brun qui fut versé sur une feuille de papier.

Cela fait, Sir Jacob Clancing rangea de côté tous les flacons et se tourna vers nous, l'air souriant et satisfait.

-Nous allons voir ce que peut fournir mon pauvre garde-manger, dit-il, mais ce