Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/180

Cette page n’a pas encore été corrigée


instructions plus impératives en les exprimant sous une forme qui avait quelque chose de légal.

Mais je n'eus guère le loisir d'y réfléchir, car j'avais à peine terminé la lecture, que j'entendis la voix de Decimus Saxon.

Le bruit sonore des fers des chevaux sur les galets, dont la cour était pavée, m'apprit que tout était prêt pour notre départ.