Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/154

Cette page n’a pas encore été corrigée


-Alors nous aurons manqué une occasion de nous faire couper la gorge.

«Hé! l'ami, en supposant qu'il ait été mis en déroute, et son monde dispersé, ne serait-ce pas une fameuse idée de notre part que de nous présenter comme deux loyaux yeomen, qui auraient fait à cheval tout le trajet depuis le Hampshire, pour frapper un coup contre les ennemis du Roi ?

«Nous pourrions obtenir un présent en argent ou en terre comme récompense de notre zèle...

«Non, ne froncez pas le sourcil, ce n'était qu'une plaisanterie.

«Laissons souffler nos chevaux en montant cette côte au pas.

«Mon genêt est aussi frais qu'au départ, mais votre grande carcasse commence à peser sur votre gris pommelé.

La tache lumineuse de l'orient s'était allongée et élargie.

Le ciel était parsemé de petites aigrettes écarlates formées par des nuages.

Comme nous franchissions les collines basses près du gué de Chandler et Romsey, nous pûmes voir la fumée de Southampton au Sud-Est, et la vaste et sombre masse de la New Forest sur laquelle planait la brume matinale.

Quelques cavaliers passèrent près de nous, jouant de l'éperon, et trop préoccupés de leurs affaires pour s'enquérir des nôtres.

Deux ou trois charrettes, et une longue