Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/149

Cette page n’a pas encore été corrigée


faible lueur d'aube. Hallo! qu'est-ce que cela ? Il faut que les lits soient rares pour que les gens dorment sur les grandes routes.

Une tache sombre que j'avais remarquée sur la chaussée en avant de nous devint à une approche un corps humain, étendu de tout son long, la face contre terre, la tête posant sur ses bras croisés.

-Un homme qui aura fait la fête, à l'auberge du village sans doute ? remarquai-je.

-Il y a du sang dans l'air, dit Saxon en relevant son nez recourbé comme un vautour qui flaire la charogne.

La lueur pâle et froide de la première aube, tombant sur des yeux grands ouverts et sur une face exsangue me prouva que l'instinct du vieux soldat ne l'avait pas trompé et que l'homme avait rendu le dernier soupir.

-Voilà de la belle besogne; dit Saxon en s'agenouillant à côté du cadavre et lui mettant les mains dans les poches, des vagabonds sans doute! Pas un farthing dans les poches! Pas même la valeur d'un bouton de manchette pour payer son enterrement.

-Comment a-t-il été tué ? demandai-je, plein d'horreur en voyant cette pauvre face sans expression, maison vide, dont l'habitant était parti.

-Un coup de poignard par derrière, et un coup sec sur la tête avec la crosse d'un pist