Page:Doyle - Les recrues de Monmouth, trad. Savine, 1911.djvu/124

Cette page n’a pas encore été corrigée


a point d'artillerie ? Si la jeune personne m'avait bien reçu, j'aurais tiré un coup de canon pour vous le faire savoir.

-Mais, répondis-je, si vous ne sortez pas, je supposerai que tout va bien. Si les choses tournent mal, je ne serai pas longtemps à vous revoir.

-Oui ou à attendre. Je hisserai un pavillon blanc au sabord de gauche; un pavillon blanc signifiera qu'elle s'est rendue. Nombre de Dios, au temps où j'étais mousse canonnier sur le vieux navire le Lion, le jour où nous attaquâmes le Spiritus Sanctus, qui avait deux étages de canons, la première fois que j'entendis le sifflement d'une balle, mon coeur ne battit jamais comme il le fait maintenant. Qu'en dites-vous, si nous battions en retraite pour attendre un vent favorable et dire un mot à ce baril d'eau-de-vie de Nantes ?

-Non, l'ami, tenez ferme, dis-je.

À ce moment, nous étions arrivés au cottage revêtu de lierre derrière lequel se trouvait la forge du village.

-Quoi, Salomon! repris-je. Un marin anglais a-t-il jamais craint un ennemi, avec ou sans jupons ?

-Non, que je sois maudit si j'ai peur! dit Salomon en se carrant. Jamais un seul Espagnol, diable ou hollandais! Donc en avant sur elle!

Et en disant cela, il pénétra dans le cottag